Préalables à la conception d'un système analytique

 

Chapitre 3 : les préalables à la conception d’un système analytique

 

1.        Le système de saisie d’information

Le système d’information analytique est en grande partie alimenté par la Comptabilité Générale. Mais celle-ci ne lui fournit pas toutes les informations nécessaires à :

-             la saisie de données physiques,

-             la ventilation par segment d’activité.

La détermination des coûts nécessite la mise en place d’un système spécifique de saisie des informations, lesquelles doivent pouvoir être :

-             mesurables physiquement

-             quantifiables au niveau monétaire

-             affectées à un segment d’activité

-         contrôlées, en s’assurant par des recoupements qu’il n’y a pas eu d’omission ou de double prise en compte

 

2.  La saisie des consommations matières

Vu précédemment.

 

3. La saisie des coûts de personnel de production

Si la comptabilité générale n’enregistre que l’information relative au montant global des frais de personnel (regroupant les salaires et les charges sociales), la comptabilité analytique a besoin d’informations détaillées sur la ventilation de ces frais dans les différents centres d’analyse.

 

Nous parlerons ici principalement de la MdO liée au processus de production (souvent appelée MdO directe), dans une optique de détermination des coûts par produit ou service.

 

Comme pour les matières premières, la saisie des coûts de la main d'œuvre directe s’opère en deux temps :

3.1. La saisie des temps de travail

Les supports d’information les plus fréquents sont  :

-             les bons de travail (entreprises de production en série) ;

-             les fiches suiveuses (entreprises travaillant à la commande) ;

-             les rapports d’activité (entreprises de service, type conseil).


3.2. La détermination du coût de l’unité de travail

On cherche en général à déterminer le coût de l’heure de production, ou dans certain cas  le coût par produit.

Définition :

Le coût de l’unité de temps de travail résulte de la division d’un coût salarial par un nombre d’heures ou de jours productifs.

Quelles charges à intégrer dans le coût salarial ? Les charges à retenir sont :

-        le salaire de base majoré de primes éventuelles ;

-        la part patronale des charges sociales ;

-        les charges connexes assises sur les salaires (taxe d’apprentissage, formation continue, ...).

4.           La saisie des coûts machines

Dans les entreprises où le processus de production est largement robotisé, les coûts machines deviennent prédominants au détriment du coût de la Mdo directe.

4.1. La saisie des temps machines

Elle peut se faire sur des supports papier mais les machines intègrent généralement des compteurs d’heures qu’il suffira de relever.

4.2. La détermination du coût horaire.

Les charges à intégrer dans les coûts machines comprennent :

-        celles liées à la possession de la machine (amortissement, assurance, ...) indépendant du taux d’utilisation ;

-        celles liées à l’utilisation de la machine (énergie, entretien, petit outillage, ..) proportionnelles au nombre d’heures de fonctionnement.

Le coût par heure machine résulte du quotient du coût total par machine ou par famille de machines, par le nombre d’heures de fonctionnement.

5. La saisie des autres frais

Elle concerne les charges autres que les coûts matières , MdO directe et machines .

Les informations à ce niveau proviennent essentiellement des données comptables (bulletin de paie pour la MdO non liée au processus de production, factures fournisseurs, ...) et sont saisies en unités monétaires.

Leur affectation dans les centres d’analyse peut se faire conjointement à la saisie en comptabilité générale

6.    La saisie des Unités d'œuvre

Cf. méthode des coûts complets.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site